mardi 22 janvier 2019

Un projet de lecture inspirant dans le Val-Saint-François: des bénévoles-lecteurs aînés sont recherchés!



Le Comité d’éveil à la lecture et à l’écriture (ÉLÉ) du Val-Saint-François recherche des amoureux des livres de 50 ans et plus pour devenir des bénévoles-lecteurs dans le cadre de leur projet Lire et faire lire!

Dans le but de transmettre le plaisir de la lecture aux enfants, des bénévoles-lecteurs aînés iront une fois par semaine pendant huit semaines lire une histoire à un petit groupe d’enfants.   L’activité peut avoir lieu dans les écoles ou dans un service de garde en milieu familial. Les enfants pourront profiter de ce moment pour déveloper leur imaginaire, leur vocabulaire, leur estime de soi et favoriser leur réussite scolaire.  Quant aux aînés, ils pourront, entre autres,  partager leur amour des livres et leurs expériences de vie.  Surtout, avec ces rencontres régulières entre enfants et aînés naîtront des liens significatifs dans nos communautés, des liens intergénérationnels essentiels, utiles, qu’on souhaiterait plus présents dans le quotidien occupé des citoyens et familles actuelles.

Pour des informations concrètes et visuelles, vous pouvez consulter le site web de l’association: http://www.lireetfairelire.qc.ca/

Les projets peuvent avoir lieu dans les 18 municipalités du Val-Saint-François.  Une formation préparatoire gratuite pour les bénévoles sera offerte aux lecteurs à la fin de février 2019. Les ateliers pourront débuter à la mi-mars. En partenariat avec la concertation ValFamille, le Comité ÉLÉ invite tous les intéressé.es à communiquer avec Michèle Laberge, coordonnatrice du Comité ÉLÉ au 819 644.0133 ou par courriel à  cdc.vsf@gmail.com
.

vendredi 18 janvier 2019

Chronique de la Table de lutte à la pauvreté et l'exclusion sociale - section Windsor


Pour cette deuxième rencontre de la Table de lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale – section Windsor, les participantEs ont partagé différentes problématiques vécues sur le territoire. Ce qui a retenu l’attention notamment est la maltraitance infligée à certaines personnes aînées du milieu. Malheureusement, les personnes aînées, qui sont souvent en situation de vulnérabilité, subissent de la maltraitance tant au niveau physique qu’au niveau psychologique. Autour de la table, nous avons été en mesure d’identifier les ressources disponibles (au CIUSSS notamment) et les différents mécanismes en place pour dénoncer adéquatement ce type de situation.

Également, les participants étaient heureux de constater la mise en place de différentes initiatives structurantes, notamment en provenance de la MRC, dont les efforts réalisés pour l’intégration des personnes immigrantes et la volonté de la MRC de s’impliquer dans le déploiement du prochain Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale. De plus, on note la présence des projets Apprendre autrement et Cuisi-Mots (en collaboration avec la Tablée des chefs), deux projets qui visent la réussite éducative. Des organismes offrent aussi des formations pour contrer la violence conjugale tout en faisant la promotion des droits de la personne.

Enfin, les participants ont réfléchi à la possibilité de faire des rencontres regroupant l’ensemble des acteurs de la MRC. La majorité des organismes présents ont une mission qui recouvre les 18 municipalités de la MRC. De plus, plusieurs sujets et enjeux concernent l’ensemble du territoire du Val-Saint-François. À suivre…

Enjeux à explorer :

L’implantation du service de covoiturage Eva Coop.

Nouveauté dans la région en matière de lutte à la pauvreté :

Salon priorité emploi – qualité de vie : le 2 février à Richmond ;
Valfamille – Atelier de présentation des résultats de l’Enquête québécoise des enfants à la maternelle pour le Val-Saint-François : 26 février;
Forum sur l’immigration et les nouveaux arrivants.

Possibilité de financement :

Fonds en sécurité alimentaire – PAGIEPS ;
Appel de projets pour des actions qui favorisent les saines habitudes de vie chez les aînés;
Programme Carrière-été.

Pour en savoir plus : 819-644-0133
Source: Diego Scalzo, directeur
Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François

lundi 7 janvier 2019

Nouvelle année, nouvelle image !

Pour nos 15 ans, la CDC a décidé de se refaire une beauté en se dotant d'un nouveau logo. Moderne, efficace et représentatif de notre territoire, cette nouvelle image traduit les liens solides du milieu communautaire dans les trois pôles. Merci beaucoup Manon Labrie pour avoir pris le temps de nous confectionner notre nouveau logo !


mardi 18 décembre 2018

On souligne les 15 ans de la CDC du Val-Saint-François

Le 17 décembre 2003, des groupes communautaires du Val-Saint-François, le milieu de la santé et le CLD ont fondé la Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François. Quinze ans plus tard, au même endroit, les membres fondateurs se sont réunis pour souligner les réalisations et les personnes qui oeuvrent au développement socioéconomique de la région !

Merci à tous de votre participation !


mardi 4 décembre 2018

Chronique du comité culturel du Val-Saint-François

Le 27 novembre dernier, dans les bureaux de CIAX, des représentants d'organismes à vocation culturelle de notre région et des organismes de soutien se sont réunis pour réfléchir et développer des partenariats entre eux. 

D'entrée de jeu, les personnes présentes conviennent d'une chose: la culture est un investissement pour une communauté et non une dépense. Pour que notre région s'épanouisse au plan culturel et artistique il faut de la volonté de la part des décideurs d'ici... et d'ailleurs. L'enjeu majeur pour ces organisations repose sur le financement à la mission. Les revenus autonomes et le financement par projet ne suffisent pas à maintenir une offre culturelle solide pour plusieurs organismes du Val-Saint-François.

On note également l'avantage de retrouver sur notre territoire un organisme de diffusion radiophonique (et web) comme outil de communication.

Pour l'avenir de ce nouveau comité, on suggère d'élaborer un projet à la fois; une réussite à la fois. Divers chantiers seront étudiés: le positionnement culturel régional, la diffusion et les communications, la mutualisation des ressources et, bien entendu, le financement à la mission.

Une prochaine rencontre est prévue le 22 janvier, à midi, à la radio de CIAX...

Source: Diego Scalzo, directeur
Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François

dimanche 2 décembre 2018

Notes de la Table jeunesse du Val-Saint-François

21 novembre 2018 - Les organismes jeunesse du Val-Saint-François, réunis à Windsor, ont discuté des divers enjeux reliés aux jeunes de notre région. À l'ordre du jour, la question du cannabis, nouvellement légalisé, a suscité diverses interrogations et préoccupations. Il y a également toute la question de l'anxiété auprès des jeunes et du manque de ressources dans notre région qui a encore une fois été abordée par les partenaires présents. À cet égard, on apprend que le Centre des femmes du Val-Saint-François offre des ateliers dans la région sur ce sujet complexe et préoccupant. On nous informe d'ailleurs de la mise en place très prochainement du Réseau  local de services du Val-Saint-François. Ces problématiques pourront être apportées à cette instance dédiée à la santé et aux services sociaux de notre région.

Enfin, étant donné que certains médias ont soulevé la possibilité de financement nouveau pour les groupes familles du Québec, les acteurs de la Table jeunesse du VSF adopte une motion unanime pour que la Maison de la famille du Val-Saint-François (Les Arbrisseaux) obtienne un financement au même titre que les autres organismes familles des autres régions du Québec !

Enjeux actuels 
  • La légalisation du cannabis;
  • La santé mentale, l'anxiété auprès des jeunes et le manque de ressources;
  • La tolérance envers les personnes LGBT vivant en ruralité.
Nouveautés jeunesses 
  • Le CJE de Jonhson déménage son point de services dans la région de Valcourt au sein des locaux de son entreprise d'insertion Action sport vélo;
  • Le projet fou du CJE de Johnson (intervenant de milieu pour l'intégration des jeunes) continue de faire des adeptes. 
Initiatives gagnantes 
  • La Marmite du coin - Projet alimentaire du Carrefour jeunesse Emploi de Richmond;
  • Ateliers avec La Tablée des chefs au Richmond regional high school;
  • The Richmond fair - foire d'activités et services de la région pour les personnes d'expression anglaise;
  • Souper bénéfice de la Maison des jeunes l'Initiative;
  • Les ateliers Alter-Ado sur les réalités socioxuelles;
  • Le jeu de rôle Donjons et Dragons existe toujours dans la zone de Valcourt...
  • La levée de fonds de la Maison de la famille: illuminons la ville ! 
Dates à retenir 
  • 30 novembre - Assemblée de fondation du Réseau estrien de développement social;
  • 6-7 décembre - Camps jeunes leaders
Source: Diego Scalzo, directeur
Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François
 

Chronique de la Table de lutte à la pauvreté et l'exclusion sociale - Section Windsor

Le 31 octobre dernier, se tenait à Windsor la première rencontre de la Table de lutte à la pauvreté et l'exclusion sociale - Section Windsor. Issue de la Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François, cet espace de concertation regroupe les différents acteurs (organismes communautaires et organismes gouvernementaux) préoccupés par les conséquences néfastes de la pauvreté dans nos milieux, ses causes et ses effets.

Suite à un diagnostic des ressources et des enjeux reliés à la pauvreté de la zone de Windsor, les personnes présentes constatent qu'il y a un nombre important d'organisations qui viennent en aide aux personnes dans le besoin. Néanmoins, on retrouve tout de même des "trous de services" de même que des problématiques sociales souvent reliées au caractère rural du Val-Saint-François (transport, confidentialité, etc).

On trouve pertinent de se réunir afin d'identifier collectivement les besoins, explorer la mutualisation des services et des espaces utilisés, identifier des nouvelles sources de financement pour répondre aux besoins des personnes et des organisation et réfléchir aux nouvelles réalités sociales et territoriales de notre milieu de vie.

Enjeux à explorer: 
  • Le manque de services dans la zone de Windsor en matière de santé mentale;
  • La mixité et l'intégration sociale des nouveaux arrivants;
  • L'arrimage pour la population du Val-Saint-François entre l'accueil psychosocial du CSSS et le centre de crise à Sherbrooke.
Nouveautés dans la région en matière de lutte à la pauvreté: 
  • L'Estrie s'est dotée d'une travailleuse de rang pour venir en aide aux agriculteurs en détresse psychologique;
  • On apprend qu'il y a des chambres à louer dans la zone de Windsor pour les personnes en détresse et à la recherche d'un toit pas trop cher. 
Possibilités de financement: 
  • Possibilité bientôt de financement au SPLI (Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance du gouvernement du Canada).
Source: Diego Scalzo, directeur
Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François

vendredi 30 novembre 2018

Félicitations à Mélanie Chartré, de Développement Val-Saint-François, pour sa nomination au premier conseil d'administration du Réseau estrien en développement social à titre de représentante de notre MRC. Cette nouvelle concertation régionale a pour mission de mobiliser les acteurs estriens du développement social afin qu'ils s'engagent et mettent à profit leurs expertises diversifiées, en complémentarité à l'action locale, en vue d'un plus grand impact au regard de l'amélioration des conditions de vie et de l'inclusion sociale de la population.

mardi 27 novembre 2018

Un beau partenariat entre les Tabliers en folie et le CJE de Richmond !


lundi 15 octobre 2018

Les tout-petits entre bonnes mains !


Les pivots de l’action communautaire du Val-Saint-François

Cette année, dans le but de faire connaître le merveilleux monde du milieu communautaire de la région, la Corporation de développement communautaire présente les directions et les coordinations de ses groupes membres. Ces personnes sont des professionnels dévoués et passionnés qui agissent à titre de véritable pilier de leur organisation. En quelque sorte, ils représentent le pivot de leur corporation et font les liens essentiels entre les partenaires, la population, leurs membres, leurs comités, etc.  Cette série de reportage souhaite mettre en lumière leur travail et leur réalité.

 Reportage : 7    Les tout-petits entre bonnes mains !

Imaginez des communautés qui supportent les enfants et les familles dans leur quotidien, des familles épanouies, des parents outillés, des environnements favorables pour la réussite éducative ou encore des municipalités concernées et proactives pour le bien être des tout-petits. Voilà, en quelques mots, la vision de Valfamille, une mobilisation communautaire intersectorielle très active dans le Val-Saint-François.

En 2018, il faut beaucoup de doigté pour mobiliser des communautés. Les défis sont nombreux et les problématiques s’avèrent souvent multiples. Pour ce faire, nous pouvons compter sur les compétences de Cathy Varnier, coordonnatrice de Valfamille. Au front depuis 2014, Cathy a été intervenante au Rivage pendant sept ans. Bien au fait de la situation des familles, dont celles vivant des situations de vulnérabilité, Cathy a une solide formation en psychologie et une maîtrise en travail social qui lui permet de comprendre les mécanismes de la mobilisation des communautés du Val-Saint-François afin de soutenir le développement des enfants et des familles.

Dans un contexte de changement continu au niveau des organisations et des politiques, maintenir des partenariats vivants et favoriser la continuité de projets rassembleurs représentent un défi au quotidien pour la coordonnatrice de Valfamille. Selon elle, plusieurs facteurs influencent les collaborations dans notre milieu mais, force est de réaliser, que le financement constitue, en partie, le nerf de la guerre.

Madame Varnier sait également qu’il n’y a pas que les ressources financières qui permettent de construire un monde meilleur pour les enfants. La contribution au changement passe d’abord et avant tout par des humains, des citoyenNEs, des personnes passionnées, des gens engagés au quotidien qui font des petites actions, des petits gestes qui aident les enfants et les familles du Val-Saint-François à traverser les différentes étapes, parfois mouvementées, de la vie familiale.

D’ailleurs, ce sont tous ces individus, ces partenaires mobilisés, ces parents engagés, ces intervenants dévoués qui, par leur dynamisme et leur entraide, carburent et motivent le travail de Cathy et font en sorte qu’elle adore son rôle dans notre belle région !



Pour les coordonnées de Valfamille, rendez-vous sur le site de l’Entre-val dans la section membres !

mercredi 3 octobre 2018


Au Centre d'Art de Richmond, a eu lieu le lancement de la 10e édition du planificateur familial réalisé par le Comité d’Éveil à la Lecture et à l’Écriture (ÉLÉ) du Val-Saint-François. Dans une ambiance festive, les 14 artistes, jeunes gagnants du concours de dessins sur le thème de la lecture, ont eu le plaisir de recevoir un livre et d’assister à une belle histoire animée par Yves Lambert, lecteur-bénévole du projet Lire et faire lire. C’est aussi lors de cette soirée qu’ils ont appris une grande nouvelle : leurs dessins seront exposés au Salon du livre de l’Estrie à Sherbrooke, du 11 au 14 octobre prochain. Bravo aux enfants participants!

Le planificateur familial en est à sa dixième édition. Cette année, Marylène Roy, artiste de Richmond, a créé une gamme d’autocollants pour les enfants.  Inspirés des saisons , elle a peint à l’aquarelle des œuvres pour transmettre le goût des arts et de la beauté à nos enfants. 

Ce projet de planificateur, grandement apprécié, vise principalement l’intégration d’activités d’éveil à la lecture et à l’écriture dans les pratiques quotidiennes des familles de la MRC ayant de jeunes enfants. Ce grand calendrier est distribué gratuitement aux familles de la MRC du Val-Saint-François ayant des enfants de 0 à 12 ans, soit tout près de 2500 familles. Sa distribution a débuté à la rentrée scolaire et se fait par le biais des écoles primaires, des CPE, des services de garde en milieu familial et de certains organismes (MLA, CSSS, bibliothèques…).

Plusieurs organismes ont pris part à la réalisation de ce projet, soit : la bibliothèque Yvonne L. Bombardier, le Centre de la petite enfance Magimo, le CIUSSS de l’Estrie CHUS, les Cuisines collectives Les Tabliers en folie, Écrimots, la Maison de la famille Les Arbrisseaux et le Richmond and Region Community Learning Center (CLC).

Mentionnons que cette année le Comité ÉLÉ est soutenu par la Corporation de développement communautaire (CDC) du Val-Saint-François et que ce projet spécifique a été rendu possible grâce à plusieurs partenaires financiers. Nous remercions nos précieux partenaires : Fond des initiatives culturelles de la MRC, Domtar, Caisse Desjardins du Centre du Val St-François, Fondation du CSSS du Val-Saint-François, Maison de la famille Les Arbrisseaux, Tabliers en Folie, les députés Karine Vallières et Alain Rayes, Martineau Communication et Impression, les commissions scolaires des Sommets et Eastern Townships, Biblairie GGC, Salon du livre de l’Estrie, O’Volt, Carrefour Jeunesse Emploi de Richmond-Drummond-Bois-Francs, Usinatech, Richmond et ses jeunes et la pharmacie Familiprix de Nathalie Roy (Valcourt).  À renouveler l’an prochain!

Tous ceux et celles qui aiment le projet, nous vous invitons à nous soutenir via une campagne de socio-financement sur GoFundme. Le projet s’appelle Soutien au planificateur ÉLÉ du Val.  Nous avons besoin de vous pour poursuivre le projet. Voici le lien :

Si vous avez des commentaires, des suggestions à nous faire part, n’hésitez-pas à communiquer avec Michèle Laberge, coordonnatrice du Comité ÉLÉ: cdc.vsf@gmail.com, 819 644.0133

vendredi 21 septembre 2018

Élections provinciales

Bonjour à vous quatre, candidatEs de la circonscription de Richmond,

D’entrée de jeu, je vous félicite pour votre implication dans notre région et de vous afficher de la sorte pour changer les choses pour le mieux. Ainsi, dans le cadre de cette campagne, la CDC du Val-Saint-François vous invite à répondre à ces trois questions sur des enjeux sociaux (voir texte plus bas). Les réponses (merci de ne pas dépasser 200 mots par réponse) seront publiées sur notre site internet afin de les partager avec nos membres et la population. On voulait organiser une rencontre mais comme la CDC des Sources nous a gentiment invité le 18 septembre prochain, on a opté pour un exercice écrit. Bref, une réponse avant le jour J serait appréciée… disons le 20 septembre si possible.

En espérant que cette invitation vous intéresse.

Merci pour tout et bonne campagne à vous tous !

Diego Scalzo,directeur
CDC du VSF



Réponses de trois candidates aux questions de la CDC du VSF
Élections provinciales 2018

Réponses de Annie Godbout - Parti Libéral 


QUESTION 1
·     
  Le gouvernement doit-il mieux financer les CDC et les organismes communautaires, et si oui, à quelle hauteur et de quelle manière?
L’hiver dernier, j’étais présente à la journée de réflexion régionale de développement social. Je crois beaucoup à la concertation régionale. La première action que je poserai en tant que députée sera d’aller à la rencontre des organismes afin de 1) mieux comprendre les enjeux et les priorités d’action, 2) définir les attentes mutuelles et 3) déterminer comment je pourrai aider.

QUESTION 2
·       Quelles actions concrètes entendez-vous mettre de l’avant pour faire reculer la pauvreté et l’exclusion sociale dans la région?


La lutte à la pauvreté est une priorité pour le parti libéral. Cela fait partie de son ADN et cela s’inscrit dans ses valeurs de justice sociale et d’égalité des chances pour tous. Le gouvernement a d’ailleurs adopté le Plan de lutte à la pauvreté 2017-2023. Un plan ambitieux qui vise à sortir de la pauvreté plus de 100 000 personnes et à augmenter le revenu des personnes en situation de pauvreté. Plusieurs mesures concrètes seront mises de l’avant pour améliorer les conditions de vie, de logement, de soutien alimentaire, de formation et d’intégration en emploi. Plus localement, je vais m’asseoir avec les organismes pour cibler les priorités d’action.
D’emblée, l’intervention précoce en petite enfance m’apparait une priorité. Je souhaite donc collaborer avec les différents partenaires, tels que les organismes communautaires et le milieu de la santé, pour soutenir le développement et l’épanouissement des enfants car je crois que tous les enfants doivent bénéficier du meilleur départ possible et les mêmes chances de réussite dans leur parcours éducatif.

QUESTION 3

·       Quels changements souhaitez-vous apporter aux structures de gouvernance locales et régionales si votre formation politique est portée au pouvoir?
Les instances locales et régionales sont des partenaires de premiers plans puisqu’ils sont en contact direct avec les clientèles. Elles sont la voix des citoyens qui bénéficient des services offerts par les organismes communautaires. Je crois qu’il est important de travailler tous ensemble, en concertation. Je serai d’ailleurs une actrice de premier plan, présente sur le terrain, une voix pour les citoyens et tous les acteurs sociaux et économiques de notre région.
Pour une économie en santé, il faut investir dans le développement social afin que les citoyens puissent participer au développement économique. Il faut travailler en amont, en prévention. Voilà pourquoi le PLQ investit notamment dans le soutien aux enfants avec la Stratégie pour nos enfants qui prévoit notamment la gratuité des services éducatifs pour les enfants de 4 ans et l’ajout de ressources professionnelles en éducation. Le thème de la campagne « Faciliter la vie des québécois » illustre l’importance du soutien à la population. C’est en aidant au quotidien les familles, les ainés et les travailleurs que le PLQ va s’assurer de poursuivre l’élan de développement économique des dernières années.
On dit qu’il faut tout un village pour élever un enfant. Je pourrais aussi dire qu’il faut tout un village pour assurer la vitalité globale d’une communauté.


Réponses de Véronique Vigneault – Parti Québécois

QUESTION 1
Le gouvernement doit-il mieux financer les CDC et les organismes communautaires, et si oui, à quelle hauteur et de quelle manière ?

L’apport des CDC et des organismes communautaires doit être valorisé à sa juste valeur. Cela passe en premier lieu par un soutien (financier et règlementaire) adéquat pour que vous ayez les moyens de bien réaliser vos mandats.

Il faut diminuer la lourdeur des demandes de financement à la pièce et de la reddition de comptes. Il faut réduire la part de la philanthropie et des fondations privées dans le financement de base des organismes. Nous proposons dès la 1ère année de mandat un montant supplémentaire de 200 millions récurent et indexé. Il faut plus de financement à la mission. Nous mettrons aussi en place un programme d’acquisition et de rénovation d’immeubles à vocation collective, une assurance collective pour le communautaire et plusieurs autres mesures pour améliorer les conditions de travail et la valorisation de l’action communautaire autonome.

Nous allons aussi financer une campagne de formation et de promotion en région pour le Régime de retraite des groupes communautaires et de femmes, afin que plus de travailleuses et de travailleurs puissent s’en prévaloir. Notre but est de vous donner la latitude nécessaire pour remplir votre rôle de transformation sociale, de participation citoyenne, de vie associative, de défense collective des droits et d’éducation populaire, selon les besoins propres à chaque région.

QUESTION 2
Quelles actions concrètes entendez-vous mettre de l’avant pour faire reculer la pauvreté et l’exclusion sociale dans la région ?

Il faut favoriser l’autonomie de chaque région pour établir ses priorités et ses moyens d’action à privilégier en fonction de la concertation des acteurs du milieux, en matière de pauvreté et d’exclusion sociale et en lien avec toute autre problématique connexe. Il faut également que chaque région bénéficie des ressources nécessaires pour mettre de l’avant des initiatives porteuses afin d’intervenir de façon structurante sur ces fléaux. Comme gouvernement, nous privilégierons les mesures suivantes :

  1. Renforcer la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, notamment en obligeant les villes et les MRC à adopter des stratégies de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale;
  2. Adopter une politique de lutte contre le gaspillage alimentaire;
  3. Mieux financer les organismes qui luttent contre la pauvreté;
  4. Consacrer les ressources nécessaires à l’application de la politique de lutte contre l’itinérance;
  5. S’assurer qu’aucune mesure ne vienne appauvrir les bénéficiaires de l’aide sociale;
  6. Revoir la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles pour réduire les pénalités imposées aux prestataires en situation de vie maritale et celles relatives aux actifs possédés par les prestataires, et pour mettre fin à la retenue par le ministère de montants de pensions alimentaires destinées aux enfants des prestataires.

QUESTION 3
Quels changements souhaitez-vous apporter aux structures de gouvernance locales et régionales si votre formation politique est portée au pouvoir ?

Le gouvernement libéral, par l’élimination des conférences régionales des élus (CRÉ), des Forums jeunesse (FJ) et des centres locaux de développement (CLD), a pris une décision historique des plus préjudiciables pour les régions du Québec. La centralisation des pouvoirs et des ressources augmente la dépendance des régions et limite la concertation. Ces politiques incitent les municipalités à entrer en compétition entre elles pour accéder aux ressources qui sont gérées à Québec. Nous nous engageons à entreprendre un processus de décentralisation économique et politique du Québec. Un processus qui doit se faire de façon inclusive pour les organismes et représentants des différents secteurs d’activités. Nous allons notamment :

  • Définir les nouveaux pouvoirs des régions, des territoires et des municipalités, pour que chaque région puisse développer un modèle qui correspond à sa réalité et à ses besoins;
  • Augmenter significativement les enveloppes budgétaires consacrées au développement local et régional;
  • Doter chaque région d’infrastructures modernes en matière de transport, de santé, d’éducation et de communication numérique;
  • Convenir avec chaque région administrative des modalités de mise en place d’une instance de concertation et de gouvernance qui respecte les spécificités du milieu;
  • Instaurer une assemblée des régions à titre de lieu de dialogue permanent entre l’État et les régions du Québec.

Réponses de Colombe Landry – Québec solidaire

QUESTION 1
Le gouvernement doit-il mieux financer les CDC et les organismes communautaires, et si oui, à quelle hauteur et de quelle manière?

Le gouvernement se doit de mieux soutenir les organismes communautaires, ceux-ci offrant des services essentiels à la population et contribuant à augmenter la qualité de vie de celle-ci, particulièrement auprès des populations les plus vulnérables.

Un gouvernement Solidaire augmentera donc, dans un premier mandat, le financement des organismes communautaires de 260 millions$ annuellement et prévoit, dans un deuxième temps, doubler ce montant au cours d’un second mandat. 

Il est à noter que la co porte-parole de Québec Solidaire, Manon Massé, et, avant elle Françoise David, ont œuvré dans le milieu communautaire une grande partie de leur vie. Une sensibilité face aux enjeux de ce milieu est donc fortement présente chez Québec Solidaire. L’autonomie des groupes communautaires et des régions dans la recherche de solutions pour contrer les problématiques locales est donc un principe cher chez Québec Solidaire.

QUESTION 2
Quelles actions concrètes entendez-vous mettre de l’avant pour faire reculer la pauvreté et l’exclusion sociale dans la région?

Que 800000 Québécoises et Québécois n’arrivent toujours pas à couvrir leurs besoins de base, ceci est inacceptable. Un gouvernement Solidaire fera certainement face à cette problématique avec force.

D’abord, dès la première année d’un gouvernement Solidaire, les personnes recevant de l’aide sociale, ayant des contraintes sévères à l’emploi verront leurs prestations bonifiées de 440$ pour atteindre 1500$ par mois. Dans le cas des personnes sans contraintes à l’emploi, leurs allocations seront augmentées de 430$ pour atteindre 1063$ par mois. En même temps, Québec Solidaire mettra un projet-pilote de revenu minimum garanti en place dans plusieurs municipalités comptant une proportion importante de ménages à faible revenu afin d’évaluer les impacts d’un tel programme.

Ensuite, Québec solidaire instaurera une série de mesures pour réduire le coût de certains services essentiels. Nous en indiquerons ici que trois.

  • Instauration d’une assurance dentaire pour tout le monde : couverture de 60% des soins curatifs et 80% des soins préventifs. Pour les moins de 18 ans et les gens recevant l’aide de dernier recours, couverture complète.

Augmentation du salaire minimum à 15$ de l’heure. Une aide de 100 millions de dollars sera offerte au PME et aux organismes communautaires pour les accompagner dans cette augmentation du salaire minimum.
Gratuité scolaire, du CPE au doctorat.

QUESTION 3
Quels changements souhaitez-vous apporter aux structures de gouvernance locales et régionales si votre formation politique est portée au pouvoir?

Afin d’assurer un développement régional représentant réellement la volonté de la population occupant le territoire et rendre plus démocratique nos instances, un gouvernement Solidaire : 

  • Soutiendra, pour chaque région administrative, l’établissement d'un Conseil régional de développement  composé de membres de conseils municipaux locaux, de citoyennes et citoyens ainsi que de personnes représentant la société civile. Ces CRD auront comme mandat de favoriser des activités économiques et de développement social selon les priorités locales.
  • Instaurera des élections au suffrage universel pour les préfets de municipalités régionales de comté (MRC). Ces préfets ou préfètes ne pourront pas siéger en même temps à la mairie d'une municipalité locale.
  • Rendra obligatoire pour chaque municipalité de mettre en place un programme supportant les projets d’initiative citoyenne ayant obtenu un appui populaire suffisant. Des mécanismes de démocratie directe, comme le budget participatif par exemple, devront également voir le jour.
  • Québec solidaire modifiera la mégastructure actuelle du CIUSSS Estrie-CHUS pour décentraliser les décisions. Nous voulons rapprocher le pouvoir de la population afin de répondre aux besoins du milieu, redonner plus d’autonomie au CLSC, CHSLD et à l’urgence mineure du Val St-François, organiser les services de façon plus humaine, favoriser la participation des communautés, cesser la gestion copiée sur le modèle privé.