jeudi 12 octobre 2017

Pour diffusion : Concertation régionale intégrée en développement social - Suivi des travaux et questionnaire à remplir

Chers partenaires,

Le comité de transition ayant pour mandat de mettre en place la concertation régionale intégrée en développement social en Estrie a repris ses travaux suite à la période estivale. Cette communication vise à vous tenir informés de l'avancement des travaux.

Cadre de référence

Le comité poursuit l'élaboration du cadre de référence et s'est penché récemment sur la structure de gouverne de la nouvelle instance. Comme annoncé dans la communication précédente, le cadre de référence, incluant la structure de gouverne, seront soumis pour consultation dans les différentes instances de concertations estriennes cet automne. 

Troisième grande rencontre régionale

Le comité a fixé la date du 19 février 2018 pour tenir la troisième grande rencontre régionale des partenaires. Veuillez réserver cette date à votre agenda pour ainsi contribuer au développement de cette nouvelle instance.

Portrait des objectifs de travail des concertations intersectorielles en développement social - Votre collaboration sollicitée d'ici le 25 octobre

Nous sollicitons votre collaboration afin de nous aider à déterminer concrètement quels seront les objets de travail qui seront soutenus régionalement par la nouvelle instance. Pour ce faire, nous réalisons un portrait des objectifs de travail des concertations intersectorielles locales et régionales en développement social en Estrie. Ainsi, nous pourrons identifier des zones de convergences qui gagneraient à être travaillées de façon commune.

Votre collaboration consiste à :

1) nous faire connaître les principaux objectifs de travail de votre concertation en remplissant le questionnaire en ligne suivant (copiez-collez le lien dans votre navigateur si celui-ci ne s'ouvre pas) : https://www.med.usherbrooke.ca/limesurvey2/index.php?r=survey/index/sid/617113/lang/fr

2) si vous le désirez, et de façon complémentaire, nous faire parvenir votre plan d'action actuellement en vigueur à l'adresse suivante: developpementsocialestrie@gmail.com  

La date limite pour remplir le sondage et pour nous faire parvenir votre plan d'action est le 25 octobre, 17h.

Il va de soi que plus vous serez nombreux à contribuer, meilleure sera notre compréhension des actions réalisées en Estrie. N'hésitez pas à faire circuler ce message aux instances de concertations intersectorielles de notre territoire. Les résultats vous seront partagés lors de la rencontre du 19 février. Vous aviez d'ailleurs été nombreux à nous suggérer de réaliser cette étape lors des rencontres régionales de janvier et février 2017.

En portant sur le contenu précis des objets de travail des instances, ce portrait s'inscrit en complémentarité et en continuité au portrait des instances de concertation locales qui avait été réalisé en 2015 par l'Observatoire estrien du développement des communautés et le CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

Nouvelle adresse pour la concertation régionale intégrée

Nous avons mis en place une nouvelle adresse courriel afin de faciliter les communications entre le comité de transition et vous, partenaires estriens.  N'hésitez donc pas à communiquer avec nous via cette adresse: developpementsocialestrie@gmail.com

Cordiales salutations,

Le comité de transition
Alain Roy, Alliance pour la solidarité et l’inclusion sociale
Lucie Therriault, Collectif estrien 0-5 ans
Mélissa Généreux, Comité estrien pour les saines habitudes de vie
Jinny Mailhot, Inter-CDC de l’Estrie
Annick Wishnowsky, Réseau des entreprises d’économie sociale de l’Estrie
Claudia Fiore, Regroupement des organismes communautaires de l’Estrie
Micheline Roberge, Table de concertation des aînés de l’Estrie
Marie-France Bélanger, Table estrienne de concertation interordres en éducation de l’Estrie
André Lamarche, Table estrienne de concertation formation - emploi

Avec la participation de Josiane Bergeron (Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie), Joanie Otis (Comité estrien pour les saines habitudes de vie) Maïa Poulin (Niska) et Marie-Andrée Roy (Collectif estrien 0-5 ans)

mercredi 4 octobre 2017

Les pivots de l’action communautaire du Val-Saint-François


Cette année, dans le but de faire connaître le merveilleux monde du milieu communautaire de la région, la Corporation de développement communautaire présente les directions et les coordinations de ses groupes membres. Ces personnes sont des professionnels dévouées et passionnées qui agissent à titre de véritable pilier de leur organisation. En quelque sorte, ils représentent le pivot de leur corporation et font les liens essentiels entre les partenaires, la population, leurs membres, leurs conseils d’administration, etc.  Cette série de reportage souhaite mettre en lumière leur travail et leur réalité.

Le Rivage : zone limite entre néolibéralisme et humanisme

Arrivé en poste en 2004, Sylvain Dubé occupe la fonction de responsable général et des relations avec les communautés du Rivage du Val-Saint-François à Richmond. À un mémoire près d’avoir complété une maîtrise en service social de l’Université de Montréal, Sylvain préfère se définir comme le père d’une merveilleuse petite fille puisque c’est le projet de vie qui le définit le mieux. Dans sa fonction de responsable général, sa plus grande responsabilité est celle de questionner le sens commun de la mission de l’organisme. Dans sa fonction de responsable des relations avec les communautés, il s’assure que l’organisme agisse en partenariat avec les communautés qui composent la MRC du Val-Saint-François dans le but de favoriser l’intégration dans leurs communautés de vie des personnes ayant une expérience des problématiques liées à la santé mentale.         
             
Pour Sylvain, la maladie mentale (ou les problématiques liées à la santé mentale) émerge de la société, de notre mode de vie. Bien que les symptômes physiques, ou la souffrance, soient individuellement vécus, ce sont des réponses et des solutions collectives qui, notamment, amèneront des changements sociaux durables et auront un impact positif sur la santé mentale des citoyens.  

Fortement inspirées par ce qu’on appelle l’École de Palo Alto, les stratégies développées au Rivage résident essentiellement sur l’émancipation citoyenne (en faisant référence à toutes les composantes de la société). C’est en fait une lutte au néolibéralisme, qui, entre autre, individualise la responsabilité des problèmes sociaux (la maladie mentale, la pauvreté par exemple), qui dépossède les savoirs citoyens par la place trop grande occupée par des experts et des expertises (Psychiatrie, gestionnaire, pharmacien par exemple). C’est par l’interaction des forces et des compétences de tous nos concitoyens qu’on construit des communautés émancipées. C’est dans cet esprit que Sylvain, ses collègues membres de la permanence, de même que les membres et les partenaires de l’organisme s’efforcent à soutenir les communautés de la région comme véritable solution aux nombreux défis que soulèvent les problématiques liées à la santé mentale. Quand des communautés intègrent ceux qu’ils marginalisent dans la vie courante de leur milieu (travail, loisir, vie culturelle, etc) cela s’avèrent un puissant élément facilitateur pour leurs cheminements à tous les deux. C’est d’ailleurs un aspect qu’apprécie Sylvain dans son travail, soutenir les cheminements des gens marginalisés, des gens vulnérabilisés… en d’autres termes agir sur les communautés et soutenir leurs transformations. Le Val-Saint-François déborde de nature verdoyante, nous fait-il remarqué, des espaces à « exploiter » pour humaniser en quelque sorte nos modes de vie effrénés.

 M. Sylvain Dubé

vendredi 14 juillet 2017

Le gouvernement du Québec rend publics les critères généraux du nouveau Fonds d'appui au rayonnement des régions

Voici le communiqué annonçant les critères généraux du nouveau "fonds" FARR. Bientôt, nous devrions connaître les modalités pour la région de l'Estrie. Malheureusement, uniquement les élus et les fonctionnaires du MAMOT participent à l'élaboration de ces modalités. L'ensemble de la société civile (le monde des affaires, l'éducation, la santé, le milieu communautaire, etc) est écartée de ce processus... ce qui ne représente pas une "approche innovante".


Bonne lecture !




QUÉBEC, le 13 juill. 2017 /CNW Telbec/ - Au printemps dernier, le gouvernement a parcouru toutes les régions du Québec afin de consulter les élus locaux dans le cadre du renouvellement de la stratégie pour assurer l'occupation et la vitalité des territoires (Stratégie OVT) et de la création du Fonds d'appui au rayonnement des régions (FARR).
Aujourd'hui, le gouvernement du Québec rend publics les critères généraux de gestion du FARR. 
Le FARR favorisera la mobilisation et la concertation régionales en vue d'appuyer la réalisation de projets ayant des retombées à l'échelle de toute une région ou du moins dans plus d'une municipalité régionale de comté (MRC). Choisis et priorisés par chaque région, ces projets sauront répondre aux particularités régionales et contribuer à l'occupation et à la vitalité des territoires.
Il revient maintenant aux comités de sélection mis en place dans chaque région du Québec de compléter les critères généraux par des modalités propres à leur territoire.
Citation :
« Grâce au FARR, le gouvernement investira dans des projets mobilisateurs qui auront été sélectionnés sur le terrain par les élus locaux. Désormais, grâce à la nouvelle stratégie OVT, les priorités régionales viendront directement alimenter les orientations des ministères et des organismes gouvernementaux pour assurer la vitalité des territoires du Québec. Cette approche innovante s'inscrit dans notre démarche de la plus grande décentralisation des pouvoirs vers les municipalités de l'histoire du Québec. »
Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal


Faits saillants :
  • Rappelons que grâce au FARR, une somme totale de 30 millions de dollars sera disponible dès cette année pour soutenir des projets régionaux. Cette enveloppe sera progressivement bonifiée pour atteindre 100 millions de dollars annuellement à partir de 2021-2022. Au total, ce sont 310 millions de dollars sur cinq ans qui seront investis dans le développement régional par le biais du FARR.
  • Notons que les organismes municipaux, les organismes à but non lucratif, les coopératives, les communautés autochtones, les organismes des réseaux de l'éducation et les entreprises (sauf celles du secteur financier) pourront être admissibles à une aide financière.
  • Cette aide permettra d'appuyer des projets contribuant à rendre les milieux de vie attrayants. Elle pourra atteindre 100 % du coût total dans le cas de projets à caractère social ou communautaire réalisés par des organismes municipaux ou communautaires lorsque l'aide du FARR est complémentaire à celle fournie par un autre programme gouvernemental.
  • Dans chacune des régions administratives, les MRC et le ministre responsable de la région ont été appelés à convenir, avec le soutien de la conférence administrative régionale, d'une démarche de réflexion et de concertation pour établir les priorités régionales.
  • Le FARR vise la plupart des régions du Québec, à l'exception des régions de la Capitale-Nationale et de Montréal pour lesquelles d'autres fonds sont prévus. Il sera administré par le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT).
  • Le FARR s'inscrit dans la foulée de la Loi visant principalement à reconnaître que les municipalités sont des gouvernements de proximité et à augmenter à ce titre leur autonomie et leurs pouvoirs, loi sanctionnée le 16 juin dernier.

lundi 10 juillet 2017

INAUGURATION DU GARDE-MANGER À PARTAGER À RICHMOND


L’organisme Les Tabliers en folie, cuisines collectives du Val-St-François, a invité leurs partenaires et membres pour l’inauguration du tout nouveau Garde-manger à partager. Celui-ci est installé à proximité des locaux de l’organisme.

Le but de ce projet est de diminuer l’insécurité alimentaire des citoyens de Richmond et des alentours. En effet, les gens peuvent à la fois venir y déposer des denrées non périssables et également prendre ce dont ils ont besoin. Cet échange permet également de contrer le gaspillage alimentaire.

Inspirés par les multiples initiatives de partage alimentaire que nous retrouvons partout au Québec (Free Frigo à Sherbrooke, Frigo des Ratons à Montréal…), les membres du conseil d’administration ont décidé de mettre de l’avant ce projet : « Nous recevions déjà des denrées alimentaires de la population en générale. Nous faisions la distribution de manière sporadique, informelle et souvent à la sauvette! Avec nos ressources humaines limités et nos horaires atypiques, il était devenu difficile pour nous de répondre à la demande. Maintenant, nous pouvons garantir à la population vulnérable des alentours un accès illimité et discret à du dépannage alimentaire. » Mentionne Madame Isabelle Forcier, directrice des Tabliers en folie.

Ce projet est réellement un projet collectif, plusieurs personnes ont contribué à sa création «  C’est moi qui ai soumis l’idée et tout le monde était enchanté de ce projet, par la suite, nous nous sommes inspirés du modèle des croques-livres pour dessiner un croquis. Danika Genesse, la présidente a conçu le plan et découpé les morceaux. Le montage et la soudure ont été faits par les élèves en formation professionnelle de Windsor. Bref, ce projet n’aurait pas pu devenir réel sans la collaboration sincère de plusieurs partenaires. » Mentionne Dominique Hurteau, membre du conseil d’administration et initiatrice du projet.

Le garde-manger à partager sera accessible en tout temps.  Afin d’assurer la pérennité du projet, la participation citoyenne et l’entraide de la communauté sont primordiales. C’est pourquoi chaque personne présente lors de l’événement a apporté une denrée non périssable.

Les Tabliers en folie, cuisines collectives du Val-St-François a comme mission de promouvoir la saine alimentation dans le but d'améliorer la santé et la qualité de vie de la population de la MRC du Val-St-François en tenant principalement des activités de cuisines collectives ainsi que des activités novatrices et collectives.
Les moyens que nous prenons pour honorer notre mission :

·      Regrouper et soutenir la population de la MRC du Val-St-François dans une démarche de prise en charge et d'amélioration de leurs conditions de vie;
·      Établir et maintenir un service de cuisines collectives pour les gens de la MRC du Val-St-François qui consiste à former de petits groupes de personnes qui planifient et réalisent des plats économiques et nutritifs;
·      Soutenir ou réaliser toutes les initiatives et les projets qui sont en conformité avec les buts de l'organisation.

Source : Isabelle Forcier

mercredi 28 juin 2017

L'indispensable soutien de Centraide Estrie au développement social du VSF !

Ce matin, en présence de plusieurs représentants de groupes communautaires du Val-Saint-François et de la mairesse de Windsor, Madame Sylvie Bureau, Monsieur Claude Forgues, directeur de Centraide Estrie, a procédé à la remise symbolique d'une subvention de 70 921 $ pour le soutien à la mission de base de six organismes communautaires de la région !


vendredi 9 juin 2017

Lancement du Marché public de Valcourt: Les saveurs de la Région de Valcourt à l’honneur


Près d’une quinzaine de producteurs de la Région de Valcourt prendront part à la première édition du Marché public de Valcourt qui aura lieu au parc Camille-Rouillard de Valcourt au cours de l’été 2017. Les deux organisations derrière le projet, Valcourt 2030 et la Chambre de Commerce et Industrie de la Région de Valcourt (CCIRV), ont dévoilé les noms des producteurs participants lors d’une conférence de presse le 7 juin dernier.

Cette première édition se déroulera les mercredis du 28 juin au 13 septembre, avec une pause du 13 juillet au 15 août. Une variété de produits seront offerts : produits maraichers, ail, petits fruits, viandes, produits de boulangerie, fromages, café, épices et plusieurs autres. L’horaire du marché sera de 15h30 à 18h. Les gens sont invités à s’abonner à la page Facebook du Marché public de Valcourt pour connaître les dates de marché, les détails entourant le projet et pour rester informé de l’actualité du marché.

Lyne Lallier, directrice de la CCIRV, a précisé l’un des objectifs du projet : « L’offre agroalimentaire continue de se développer dans la Région de Valcourt et nous souhaitions offrir une nouvelle vitrine pour les producteurs. » Le projet vise également à animer le centre-ville de Valcourt : « Dans le cadre des consultations de Valcourt 2030, les citoyens ont exprimé le désir d’avoir davantage de lieux de rencontre et d’avoir accès à une offre alimentaire diversifiée. C’est exactement ce que le Marché public de Valcourt propose », a souligné Josée Bélanger, coordonnatrice de Valcourt 2030.

La réalisation du projet a été rendue possible grâce à la contribution financière de Valcourt 2030 et du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Mentionnons que le projet fait également l’objet d’une demande de financement auprès de la MRC du Val-Saint-François.

Source : Josée Bélanger
Coordonnatrice de Valcourt 2030
450 532-2030

jeudi 1 juin 2017

Notre dernier repas...



Dans les prochains jours, le Val-Saint-François va perdre un des ses meilleurs agents de développement de son territoire. En effet, c’est avec beaucoup de regret que nous avons appris aujourd’hui le départ de Philippe Veilleux, agent rural à la MRC. Il nous quitte pour occuper d’autres fonctions à Sherbrooke. Un agent rural c’est un peu le jardiner du développement socioéconomique de notre belle région. Avec les années et toutes ses expériences, il avait acquis une fine connaissance des principaux enjeux et des défis de la MRC.  Personnellement, pour avoir côtoyé des dizaines d’agents sur plusieurs territoires, Philippe s’avérait l'un des meilleurs! Sa capacité d’écoute, son regard lucide et sa force d’analyse représentaient un atout précieux pour le développement harmonieux de notre vaste MRC. Dommage que l'intelligence collective de notre région n'ait pas été en mesure de te retenir... Enfin, il nous reste qu'à te souhaiter bonne chance dans tes nouveaux projets et de te dire une gros merci pour toutes tes précieuses implications et tes judicieuses interventions !

Diego Scalzo, directeur
CDC du VSF

mardi 30 mai 2017

Voici une invitation spéciale

Les membres du Rivage du Val-Saint-François sont heureux de vous inviter à la projection du film

« Healing Voices »

Ce documentaire montre le processus de rétablissement de personnes ayant une problématique en santé mentale. Celles-ci explorent des moyens alternatifs à l’approche médicale habituelle pour vivre pleinement leur vie.
Un échange suivra la représentation.
Nous vous attendons au Café communautaire, situé au 421, rue Principale Nord, Richmond, le jeudi 8 juin dès 17h. Le film débutera à 17h30.
De la pizza à 1$ la pointe sera offerte. Le coût des breuvages varie selon le choix.

Avis aux intéresséEs, ce film sera diffusé uniquement en anglais
 
The members of the Rivage du Val-Saint-François are excited to invite you to our presentation of the documentary

« Healing Voices »

This documentary shows the recovery of people who are experiencing mental illnesses. They use alternative approaches, different from the medical standard, to live a full life.
A discussion will follow the documentary.
We are awaiting you at the Café communautaire (Community Café), 421 Principale Nord, Richmond on Thursday, June 8th at 17:00. The movie will begin at 17:30.
Pizza will be offered for 1$ per piece. Drinks are available too; prices depend on the choice of beverage.

The movie is only in English


jeudi 25 mai 2017


Mobilisation pour le développement culturel du Grand Valcourt



Une vingtaine de personnes ont pris part à l’atelier de réflexion La culture, moteur du développement du Grand Valcourt qui se tenait le 17 mai dernier, au Centre culturel Yvonne L. Bombardier, à Valcourt. Organisé par Valcourt 2030, l’événement réunissait citoyens, intervenants et artistes du Grand Valcourt qui étaient invités à faire des propositions pour que la culture constitue un véritable levier de développement communautaire, culturel, économique et social de la Ville de Valcourt et du Canton de Valcourt.

En introduction, des exemples de projets inspirants à l’échelle du Québec étaient présentés. Les participants étaient ensuite amenés à évaluer de quelles façons l’action culturelle pouvait répondre aux enjeux identifiés dans le cadre de la démarche de Valcourt 2030 : la diversification économique, l’attractivité et la rétention de la population, la diversification de l’offre scolaire et la mise en valeur du milieu. Parmi les propositions des participants, mentionnons la mise en place d’un répertoire culturel régional, le développement de circuits touristiques à l’échelle de la MRC qui permettent de découvrir les artisans, le développement d’une collaboration entre le milieu artistique et le milieu des affaires, la mise en valeur du patrimoine historique, bâti et naturel et le développement de nouvelles activités d’animation culturelle dans les espaces publics.

L’événement faisait suite à l’adhésion de Valcourt 2030 au réseau des ambassadeurs de l’Agenda 21 de la culture et constituait la première étape d’un processus qui mènera à l’adoption d’un plan d’action local pour le développement culturel. Soutenu par Les Arts et la Ville, le réseau d'ambassadeurs pour l’Agenda 21 de la culture compte huit ambassadeurs issus de six régions du Québec. Les ambassadeurs agissent comme des agents multiplicateurs pour l’Agenda 21 de la culture dans leur milieu.

Accompagné d’intervenants du réseau Les Arts et la Ville, Valcourt 2030 proposera une suite à cet atelier dès l’automne prochain dans le cadre d’une clinique culturelle. Cette formule permettra d’aborder plus spécifiquement certaines thématiques de l’Agenda 21 de la culture. Mentionnons que l’Agenda 21 de la culture est un document de référence mondiale qui pose les bases d’un engagement des villes et des gouvernements locaux en faveur du développement culturel. En tant que fondement de toute communauté, la culture créée de la signification et fonde l'identité ainsi que les valeurs d'une collectivité. De nombreuses expériences démontrent d'ailleurs que la culture est un puissant moteur de transformation et de développement de la société.

Source : Josée Bélanger, Coordonnatrice de Valcourt 2030

mercredi 24 mai 2017

Programme de soutien financier Ensemble contre l’intimidation

Le 24 avril 2014, le premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard, a annoncé son intention de lutter contre l’intimidation à tous les âges et dans tous les milieux, y compris dans le cyberespace. Le plan d’action concerté pour prévenir et contrer l’intimidation 2015-2018 Ensemble contre l’intimidation, une responsabilité partagée concrétise cet engagement du gouvernement du Québec.
Le programme de soutien financier à des projets visant à prévenir et à contrer l’intimidation constitue une mesure phare du plan d’action.
En complémentarité avec les interventions gouvernementales existantes et celles de ses partenaires, le gouvernement du Québec se dote ainsi d’un outil supplémentaire pour atteindre les différents milieux de vie et groupes de la population pouvant bénéficier du développement ou de la bonification d’interventions adaptées à leurs réalités et à leurs besoins particuliers.

Objectifs du programme

Objectif général

Ce programme d’aide financière vise à soutenir des projets pouvant contribuer, de diverses manières, à prévenir et à contrer les actes d’intimidation ainsi qu’à améliorer le soutien aux personnes victimes, aux témoins, aux proches et aux auteurs d’actes d’intimidation. En ce qui a trait à la définition de l’intimidation ainsi qu'aux explications sur ses caractéristiques et manifestations, se référer au plan d’action concerté, aux pages 12 à 17.

Objectifs spécifiques

Parmi les différents moyens pouvant être mis en œuvre, le ministère de la Famille (Ministère) souhaite encourager des initiatives qui visent à :
  • Agir sur les facteurs de risque et de protection associés à l’intimidation par des stratégies d’intervention qui vont au-delà de la sensibilisation à la problématique de l’intimidation et de la promotion de comportements prosociaux (prévention primaire). Ce choix repose sur le fait que différentes actions directement liées à la sensibilisation sont déjà menées sur le terrain grâce, entre autres, à la contribution des intervenantes et des intervenants en milieux éducatifs et à celle des acteurs de l’action communautaire. De plus, plusieurs mesures courantes et futures inscrites dans les priorités d’action gouvernementales assurent la réalisation des objectifs de sensibilisation de l’ensemble de la population et des collectivités au phénomène de l’intimidation et aux problèmes connexes ou apparentés.
  • Intervenir auprès d’une clientèle particulière ou d’un milieu spécifique.
Le programme cible, par exemple, des projets visant à :
  • Rendre disponibles pour les citoyennes et les citoyens ainsi que les intervenantes et les intervenants de différents milieux (organismes communautaires, de loisir et de sport, etc.) des outils de prévention ou d’intervention;
  • Adapter des outils ou des pratiques à des réalités spécifiques
  • Mettre en place de nouvelles pratiques d’intervention ou implanter des pratiques d’intervention fondées sur les connaissances actuelles.

mardi 16 mai 2017

Projets communautaires visant à soutenir les aînés

Le ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, monsieur Jean-Yves Duclos, a annoncé le lancement de l’appel de propositions de 2017‑2018 pour des projets communautaires dans le cadre du programme Nouveaux Horizons pour les aînés (PNHA). Les programmes comme le PNHA encouragent non seulement les aînés à s’impliquer dans leur collectivité, mais ils améliorent aussi leur santé et leur bien-être, et leur permettent de demeurer actifs et de transmettre leurs connaissances, leurs compétences et leur expérience à d’autres aînés.

L’appel de propositions dans le cadre du PNHA, ouvert jusqu’au 23 juin 2017, vise à recueillir des idées de projets menés ou inspirés par des aînés. Les organismes sont invités à présenter une demande de financement pour des projets qui favorisent le vieillissement positif et qui permettent aux aînés d’entreprendre et de participer à des activités qui profitent à la collectivité. Les organismes admissibles, dont les municipalités, peuvent recevoir un financement pouvant atteindre 25 000 $.

Le gouvernement reconnaît les contributions remarquables apportées par les aînés au fil des ans, et il continue de prendre des mesures afin de s’assurer que ces personnes peuvent mener la vie épanouissante qu’elles méritent. En investissant dans des projets communautaires financés par le PNHA et qui favorisent l’établissement de partenariats avec les gouvernements, institutions et organismes locaux, le gouvernement met en application son engagement à apporter un changement positif et à améliorer la vie des aînés.

Pour plus d’information

http://www.newswire.ca/fr/news-releases/le-gouvernement-du-canada-annonce-le-lancement-dun-appel-de-propositions-pour-des-projets-communautaires-visant-a-soutenir-les-aines-621898173.html?tc=eml_mycnw

vendredi 12 mai 2017

Merci Marie-Eve Mailhot !


Merci Marie-Eve pour ton dynamisme contagieux et de nous avoir partagé ta passion de développer des actions qui favorisent des saines habitudes de vie. Ta présence va nous manquer... mais en même temps, qui sait ce que l'avenir nous réserve ?

mardi 9 mai 2017


La culture, moteur de développement du Grand Valcourt

Pour que la culture constitue un véritable moteur de développement local, Valcourt 2030 invite citoyens, élus et intervenants du Grand Valcourt à participer à un premier atelier de réflexion. L’évènement se tiendra le mercredi 17 mai, de 16h à 19h, au Centre culturel Yvonne L. Bombardier, situé au 1002, rue J-A. Bombardier, à Valcourt.

L’atelier de réflexion vise à évaluer comment la culture peut favoriser le développement communautaire, culturel, économique et social de la Ville de Valcourt et du Canton de Valcourt. Pour inspirer les participants, l’événement proposera d’abord des exemples de municipalités qui ont misé sur la culture pour se dynamiser. Dans un deuxième temps, les participants seront amenés à réfléchir pour voir de quelles façons la culture peut agir sur les enjeux identifiés dans le cadre de la démarche de Valcourt 2030.

L’événement fait suite à l’adhésion de Valcourt 2030 au réseau des ambassadeurs de l’Agenda 21 de la Culture. Le réseau d'ambassadeurs pour l’Agenda 21 de la culture est une des actions de la Stratégie Action culture du Réseau Les Arts et la Ville. Il compte huit ambassadeurs issus de six régions du Québec ainsi qu'un mentor. Les ambassadeurs agissent comme des agents multiplicateurs pour l’Agenda 21 de la culture dans leur milieu.

L’Agenda 21 de la Culture est un document de référence mondiale qui pose les bases d’un engagement des villes et des gouvernements locaux en faveur du développement culturel. En tant que fondement de toute communauté, la culture créée de la signification et fonde l'identité ainsi que les valeurs d'une collectivité. De nombreuses expériences démontrent d'ailleurs que la culture est un puissant moteur de transformation et de développement de la société.

Les personnes intéressées à participer à la rencontre sont invitées à s’inscrire via Eventbrite à l’adresse suivante : https://atelierculturevalcourt.eventbrite.ca. Il est également possible de communiquer avec Josée Bélanger au 450-532-2030 ou par courriel à l’adresse suivante : valcourt2030@outlook.com.

Source : Josée Bélanger
Coordonnatrice deValcourt 2030

mercredi 12 avril 2017

Un nouveau comité culturel pour le Grand Valcourt

Toute la population du Grand Valcourt est invitée à l’assemblée générale de fondation du nouvel organisme à but non lucratif (OBNL) désigné « Comité culturel du Grand Valcourt ». La rencontre se tiendra le jeudi 20 avril, dès 18h30, au Centre d’action bénévole Valcourt et région, situé au 950, rue Saint-Joseph, à Valcourt.

La création du Comité culturel du Grand Valcourt découle des travaux de Valcourt 2030, dont l’objectif est de favoriser le développement communautaire, culturel, économique et social de la Ville de Valcourt et du Canton de Valcourt. Ainsi, des citoyens ont voulu se regrouper pour dynamiser le Grand Valcourt sur le plan culturel.

L’organisme vise à promouvoir la culture comme moteur de développement social et économique du Grand Valcourt et comme outil pour favoriser le sentiment d'appartenance et la cohésion sociale. Il souhaite également favoriser le développement culturel des personnes et de la collectivité du Grand Valcourt par l'organisation d'activités diverses. Déjà, plusieurs activités sont prévues pour l’année en cours : ciné-club, exposition photo et circuit de géocaching. Enfin, l’organisme travaillera à la mise en valeur de la culture et des patrimoines matériel et immatériel du Grand Valcourt et au rayonnement des talents du Grand Valcourt.

Les personnes intéressées à participer à la rencontre sont invitées à s’inscrire auprès de Josée Bélanger par téléphone au 450-532-2030 ou par courriel à l’adresse suivante : valcourt2030@outlook.com.

Source : Josée Bélanger, Coordonnatrice de Valcourt 2030

vendredi 7 avril 2017

Un bilan positif pour la première année de Valcourt 2030

Plus de 80 participants ont pris part au Grand Rendez-Vous organisé par Valcourt 2030 le 5 avril dernier. L’événement, qui se tenait au Musée de l’ingéniosité J.-A. Bombardier, a permis de faire le bilan de l’avancement des travaux à l’intérieur des différents comités et de poursuivre la réflexion commune entamée en 2015 sur les enjeux du Grand Valcourt.

L’animation de la soirée proposait d’abord une présentation de l’avancement des travaux des divers comités. Par la suite, des activités ludiques permettaient aux citoyens présents de partager leur avis sur les projets en cours et de prioriser les actions à entreprendre pour la prochaine année. L’écrivain et slammeur David Goudreault a conclu la soirée en livrant une performance inspirée de ses réflexions sur la mobilisation citoyenne du Grand Valcourt.

L’événement a permis de constater le dynamisme des comités et l’importance de la mobilisation citoyenne. Déjà, l’année 2017 laisse entrevoir plusieurs réalisations : marché public, ciné-club, circuit patrimonial, stationnement pour véhicules récréatifs, nouvelle brochure touristique, nombreuses collaborations avec le milieu scolaire, dont un important soutien au projet Carboneutre de l’école l’Odyssée, etc. Les organisateurs de l’événement se sont dits heureux de la réponse des citoyens : « De constater que l’intérêt des gens y est toujours un an plus tard, ça nous donne de l’oxygène pour continuer! » a mentionné le maire de la Ville de Valcourt et membre du conseil d’administration de Valcourt 2030, M. Renald Chênevert.

Rappelons qu’au cours des Grands Rendez-Vous tenus en 2015, les citoyens avaient identifié quatre grands enjeux : l’attractivité et la rétention de la population, la diversification économique, la mise en valeur du milieu et la diversification de l’offre scolaire. Pour répondre à ces enjeux, des pistes d’action avaient également été proposées. Depuis 2016, quatre comités composés de citoyens ont été mis sur pied pour travailler à la concrétisation des idées.

Valcourt 2030 est une démarche concertée qui s’appuie sur la reconnaissance des talents et des forces vives déjà présentes au sein de la collectivité pour se mettre en action. Elle invite toutes les personnes intéressées, quel que soit leur origine, leur sexe ou leur âge à s’engager pour un futur meilleur. C’est une démarche englobante et démocratique, une volonté de la communauté de se prendre en charge maintenant pour des résultats à moyen et long terme.

Source : Josée Bélanger, Coordonnatrice de Valcourt 2030


jeudi 23 mars 2017

Un premier financement à la mission pour MLA !



Grande nouvelle pour le milieu communautaire du VSF, la Maison de la famille les Arbrisseaux a obtenu du Ministère de la Famille un premier financement à sa mission globale. En effet, le Ministère accorde une subvention de 26 676 $ pour les deux prochaines années. Après des années de revendications, le Val-Saint-François a maintenant un organisme communautaire famille reconnu ET soutenu financièrement. 

Même si ce premier financement représente une somme nettement insuffisante pour le bon fonctionnement de l'organisme, la directrice des Arbrisseaux, Madame Marie-Claude Tardif, est très heureuse de cette nouvelle car cela représente un premier jalon pour un financement récurrent et essentiel au fonctionnement d'une maison de famille qui souhaite répondre aux nombreux besoins des familles de la région.

mardi 21 mars 2017

Avis de nomination au SDRL du VSF

Le conseil de la MRC du Val-Saint-François a annoncé récemment la nomination de Madame Laurence Rozlonkowski à titre de nouvelle directrice du Service de développement régional et local du VSF. "Dans le cadre de ses fonctions, le mandat de madame Rozlonkowski sera de travailler en complémentarité avec les partenaires de développement économique et de faire le lien avec les organismes et les municipalités."

vendredi 10 mars 2017

Le plan de lutte à la pauvreté : une responsabilité gouvernementale

La Table nationale des Corporation de développement communautaire (TNCDC) souhaite réagir aux propos du ministre Blais, publiés dans Le Soleil le 2 mars dernier. En période prébudgétaire, la TNCDC et les 61 Corporations de développement communautaire (CDC) du Québec tiennent à réitérer l’importance que le gouvernement du Québec se dote d’un plan de lutte à la pauvreté ambitieux et structuré afin que l’on puisse se donner collectivement des moyens pour agir.

Au Québec, plus d’un million de personnes vivent dans la pauvreté. Pourtant, comme le précise le ministre dans son entrevue, « les deux plans dont le Québec s'est doté depuis 15 ans pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale n'ont pas donné les résultats escomptés. » Mme Marie-Line Audet, présidente de la TNCDC, répond : « Les résultats n’ont pas été à la hauteur parce que les investissements et stratégies ne l’ont pas été non plus. »

Aujourd’hui plus que jamais, la TNCDC croit qu’il est essentiel de renforcer les protections publiques et les politiques sociales afin de réduire les inégalités socioéconomiques et de mieux redistribuer la richesse. Pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, le gouvernement doit développer un plan gouvernemental global et structurant. En outre, il incombe au MTESS et au ministre Blais de s’assurer de l’engagement de tous les ministères concernés et de la création de politiques harmonisées entre ceux-ci.

Par ailleurs, à travers son prochain plan de lutte à la pauvreté, le gouvernement doit aussi démontrer sa reconnaissance du milieu communautaire. Les organismes communautaires supportant les personnes pauvres et exclues souffrent des compressions et des pertes de sources de financement causées par les mesures d’austérité. Si le ministre annonce « des aides supplémentaires aux organismes épaulant des personnes pauvres et exclues, privées de réseaux sociaux », nous souhaitons que cela se traduise par un accroissement significatif du financement à la mission des organismes communautaires.

En terminant, en lien avec la consultation publique en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, Mme Audet déclare que « de nombreuses organisations ont participé par, le dépôt de mémoires et de présentations, à identifier les actions à poser pour bien soutenir les personnes vivant en situation de pauvreté. Nous espérons que nos revendications seront davantage considérées dans ce prochain plan. » Le gouvernement affirme être fier de s’être donné une marge de manoeuvre financière, il est temps de penser à ceux qui ont le plus souffert des compressions.

Source: La Table nationale des Corporation de développement Communautaire (CDC) regroupe 61 CDC et près de 2500 organismes communautaires au Québec. www.tncdc.ca

vendredi 3 mars 2017

Et qu'en est-il dans le Val-Saint-François ?

Nos amiEs de la MRC des Sources nous partagent dans ce texte leurs préoccupations au niveau de la transformation des services de santé et des services sociaux. 

 

Est-ce que le CIUSSS réussira à tenir ses promesses?

La Corporation de Développement Communautaire (CDC) des Sources garde un œil fort intéressé sur les changements qui ont une influence sur les services offerts dans notre milieu. Nous croyons à l’importance de provoquer certains changements, à la condition que ceux-ci profitent aux gens et particulièrement aux personnes les plus vulnérables. Le réseau de la Santé et des Services Sociaux est une organisation de grande importance pour les personnes âgées, pour les personnes moins bien nanties économiquement, pour les personnes devant composer avec un handicap physique ou mental, pour les familles, pour l’ensemble d’une communauté. Est-ce que passer du CSSS des Sources au CIUSSS de l’Estrie a été positif?
Si vous suivez un peu l’actualité, vous avez surement constaté qu’il n’y a pas une semaine qui passe sans une nouvelle pour nous expliquer les ratés de la réforme du réseau de la Santé et des Services Sociaux. Bien entendu, à chaque occasion le ministre, ou une autre personne du réseau nous explique que c’est pour notre bien, que nous devons faire confiance, qu’il faut respecter la capacité d’agir du gouvernement. Parfois, nous y croyons, souvent nous sommes déçus.
L’arrivée du CIUSSS de l’Estrie
Lors de la création du CIUSSS de l’Estrie CHUS, les gens de la région des Sources avaient exprimé leurs craintes. Comment cette nouvelle méga structure, couvrant l’Estrie (et une partie de la Montérégie) avec moins de gestionnaires, avec des compressions financières et où les orientations seraient réfléchies au centre administratif de Sherbrooke, pouvait préserver la qualité des services sur notre petit territoire? Telles étaient nos craintes :
1.       Est-ce que les services offerts sur le territoire étaient maintenant à risque? L’urgence 24/7, aux services de soins à domicile, à certains services spécialisés comme la dentisterie et l’infirmière en milieu scolaire, à tout ce qui nous permet d’avoir accès à des services sans devoir se déplacer vers les centres urbains, etc.
2.       Est-ce que les emplois sont en danger? Avec la fusion, est-ce que des emplois allaient être transférés vers le centre administratif de Sherbrooke? Est-ce que des personnes qui avaient choisi de demeurer dans la MRC des Sources pour être près de leur travail seraient maintenant incitées à déménager? Est-ce que cette fusion d’établissement aurait pour résultante que tous les emplois se retrouveraient rattachés à la région de Sherbrooke?
3.     Est-ce que le nouveau CIUSSS de l’Estrie CHUS sera un citoyen corporatif aussi impliqué et important que l’a été le CSSS des Sources? Une entreprise de 350 travailleurs et travailleuses avec des compétences variées, c’est aussi un actif pour la vie communautaire. Le personnel du CSSS a toujours été très présent au sein de différentes organisations. Retrouverons-nous ce niveau d’implication si important pour tout citoyen corporatif qui se respecte?

Il faut se rappeler que le CSSS des Sources occupait une place importante dans le milieu autant par la qualité des services que par l’implication des travailleurs et travailleuses. Le CSSS avait d’ailleurs reçu la plus haute mention d’honneur par « Agrément Canada » pour la qualité de ses services. Dans le monde du développement, quand nous analysions les forces du milieu pour attirer des entreprises ou des citoyens, le CSSS était un des éléments en tête de liste. La population était fière de ce centre et la participation de la population à la collecte de fonds annuelle de la Fondation en est la plus grande preuve (près de 100 000$ amassé chaque année pour une MRC qui compte plus de 15 000 habitants).
La nouvelle réalité du réseau de la Santé et des Services Sociaux
Force est d’admettre que nous sentons la bonne volonté des dirigeants du CIUSSS de l’Estrie CHUS. Le dialogue est possible, la recherche de solutions à certains problèmes se discute avec le milieu local. Toutefois, nous constatons aussi que les dirigeants ont les mains liées par des orientations ministérielles. L’approche centralisatrice et uniformisée, préconisée par le Ministère, ne semble pas en faveur des centres périphériques comme celui d’Asbestos et du territoire des Sources.
1.  Le Conseil d’Administration et la direction du CSSS des Sources avaient choisi de préserver la dentisterie dans l’établissement pour assurer une qualité de service aux personnes ayant des moyens financiers limités. Bien que ce soit une exception en Estrie, le choix avait été fait en respect des caractéristiques du territoire. Un choix qui avait aussi une implication financière, mais qui valait l’investissement pour les utilisateurs. Est-ce que le service sera préservé? Est-ce que la population sera consultée pour analyser la situation? Rien n’est moins sûr.
2.  Lors des travaux de rénovations et d’agrandissements, le Conseil d’Administration a toujours été soucieux d’offrir des espaces de travail fonctionnels et intéressants pour les professionnels, les spécialistes et surtout pour les médecins. En y ajoutant du matériel de qualité, grâce à la participation financière de la Fondation du CSSS des Sources, nous avions un outil de promotion important. Attirer des spécialistes pour améliorer les services à la population, pour renforcir les services d’urgence, pour supporter les médecins de famille, cela ne se fait pas avec de beaux paysages, cela se fait avec un espace de travail intéressant et des outils à la fine pointe.
Voilà que la situation semble devenue un peu plus fragile. La nouvelle méga structure voit les choses différemment. Maintenant, l’équipement, peu importe comment et pourquoi il a été acquis, appartient au CIUSSS de l’Estrie CHUS. Donc si du matériel pour ORL se trouve à Asbestos et qu’il n’est pas utilisé, pourquoi ne pas le déménager dans un autre point de service et en faire profiter la population estrienne?
Rappelons qu’à la création du CIUSSS de l’Estrie CHUS, nous nous sommes fait dire que les changements seraient purement administratifs et qu’il n’y aurait pas d’impact sur les services. La situation actuelle risque fort de diminuer l’attrait du centre des Sources pour les médecins spécialistes. Cela aura un effet direct sur la proximité des soins, sur la qualité des services à l’urgence et en courte durée.
3.  Le CSSS des Sources, en réponse aux gens qui voulaient demeurer le plus longtemps possible a domicile, offrait plus d’heures de services que les centres des autres régions. Les personnes pouvaient ainsi obtenir plus de visites à domicile et plus d’heures de soins. Pour le volet des services ménagers, la Ressource en Entretien Ménager (REM) offre un service de qualité sur le territoire.
Le CIUSSS de l’Estrie CHUS doit avoir un souci d’équité. Il nous dit que les services offerts ici doivent être les mêmes que pour l’ensemble du territoire desservi par cette nouvelle entité. De plus, une partie des soins en maintien à domicile seront désormais offerts à l’externe, par des gens qui ne relèvent pas du CIUSSS. Pour uniformiser avec les autres régions, est-ce que l’intensité offerte sera diminuée? Est-ce que les services à l’externe seront dirigés vers des organisations connues et reconnues comme le REM? Selon la machine à rumeurs, rien ne nous assure que la population des Sources aura droit à la même qualité de services qu’auparavant.
Quoi faire pour améliorer la situation
Tout le monde n’est pas spécialiste dans le domaine de la santé et des services sociaux et nous ne voulons pas faire le « gérant d’estrade ». Toutefois, il nous apparait important de signaler que la qualité des services offerts à la population des Sources est présentement en péril. Nous n’avons pas besoin de bonnes paroles, nous voulons des gestes concrets pour favoriser la présence de services qui répondent aux besoins du milieu. Les orientations ministérielles qui favorisent la centralisation des services médicaux, qui obligent le « client » à se rendre aux médecins, qui prennent en otage les populations rurales, ce n’est pas ça qui était promis.
Pour que le réseau de la santé et des services sociaux fonctionne bien, nous croyons qu’il faut maintenir une relation saine entre le CIUSSS et la population. Il n’y a pas de doute dans notre esprit que le personnel du CIUSSS est débordé et désillusionné. La volonté de bien servir les populations et les règles ministérielles ne font pas bon ménage. Il faut trouver des solutions ensemble pour bien répondre aux attentes locales. Comment y parvenir si personne n’a vraiment le temps de nous parler? Si on nous parle seulement pour nous expliquer les limites? Si les décisions sont finalement prises uniquement au bureau du ministre?
Lorsque vous croiserez un travailleur ou une travailleuse du réseau de la Santé et des Services Sociaux demandez lui une appréciation de son travail et des ses conditions actuelles. Si elle n’a pas pris sa retraite récemment, je gage que ce ne sera pas très positif. Souhaitez-lui une bonne journée, elle prend peut-être soin de quelqu’un près de vous!
 
Source: Alain Roy - CDC des Sources

jeudi 23 février 2017

Appel de projet dans la MRC du Val-Saint-François

Windsor, le 23 février 2017. – La MRC du Val-Saint-François lance un appel de projets découlant de sa Politique de soutien aux projets structurants. Par le déploiement de ce fonds, les élus de la MRC du Val-Saint-François reconnaissent l'importance de soutenir la mise en oeuvre de projets contribuant au développement du milieu. Voici des exemples de projets financés en 2016 :
  • Le Vent dans les Arts : La scène mobile des artistes du Val (11 700 $)
  • Les Sentiers de l’Estrie : Développement du réseau pédestre dans les monts Stoke (10 000 $)
  • Centre d’interprétation de l’ardoise : Circuit touristique guidé en autobus (5 000 $)
  • Valcourt 2030 : Harmonies de l'Odyssée (5 000 $)
  • Centre de ski de fond Richmond-Melbourne Inc. : Signalisation et ajout d’une piste de raquettes (6 598 $)
Ce programme est destiné aux organismes à but non lucratif, ainsi qu’à la plupart des coopératives. Les promoteurs sont dès lors invités à présenter une demande de financement, et ce, d’ici le 22 mai 2017.

Pour de plus amples détails sur les critères de sélection ou pour déposer une demande, la Politique de soutien aux projets structurants et le formulaire de qualification sont disponibles en ligne sur le site de la MRC du Val-Saint-François. Pour toute autre question, vous êtes invités à communiquer avec M. Philippe Veilleux aux coordonnées mentionnées ci-dessous.

Source : M. Philippe Veilleux
Agent de développement rural
MRC du Val-Saint-François
Téléphone : 819 845-3769 poste 212
Courriel : pveilleux@val-saint-francois.com

lundi 20 février 2017

ACTIVEMENT RECHERCHÉS : PAPAS!!!

La Maison de la famille les Arbrisseaux mettra les pères à l’honneur pour la semaine québécoise de la paternité. Pour cette occasion nous désirons créer un groupe de papas qui nous aidera à mettre sur pied et organiser une activité pour les pères et leurs enfants.

Vous êtes un papa…..
Vous aimeriez nous aider….

Vous avez des idées…..
Vous avez le goût de participer à l’organisation d’une grande activité.

Vous avez des talents, des expériences….
Vous êtes bons dans la construction, les sports, les arts, ou autre.

Vous voulez avoir du plaisir avec vos enfants…..
Contactez-nous avant le 24 février. Par la suite, nous déciderons d’une date  et d’un lieu pour une première rencontre  (collation offerte : beignes, muffins, café etc.). Une gardienne est disponible si besoin.  Et, parlez-en à vos amis papas!!

819 628-0077, info@mfarbrisseaux.com